Source: www.telepilote-theorique.com
QCM CATT + BAPD : 30 €
◀ Retour

Météorologie SPÉCIALE TÉLÉPILOTE

Contenu réel de ce document accessible en compte complet

On verra d'abord arriver un front chaud, qui annonce une détérioration des conditions météorologiques : son passage est caractérisé par des fortes précipitations sous forme d'averses (Nimbostratus), vous aurez donc du mauvais temps qui arrive, jusqu'au lendemain du passage du front froid.
A l'inverse, l'anticyclone est une zone de haute pression, généralement avec un vent faible, un ciel dégagé. Il est prolongé par une dorsale, qui est un axe (ou crête) de hautes pressions.

Brise de mer et de terre :


Elle est prolongée par un thalweg, qui est un axe (ou vallée) de basses pressions.
A partir de 10000 ft, c'est 100 ft pour perdre 1 hPa.
Disposition nuages

Les Cumulonimbus (CB) se développent lors de situation à forte instabilité verticale, ils sont porteurs d'orages. On y rencontre dans, et à proximité :
Plus on monte en altitude dans la troposphère (partie de l'atmosphère située entre la surface terrestre et une altitude d'environ 8 à 15 km), plus la pression atmosphérique diminue. Il en va de même pour la température et la densité de l'air.
Brise de vallée

L'onde de relief (vent perpendiculaire au relief) :
Paramètre de l'atmosphère standard OACI :
Nuages

Dans la troposphère, on a une décroissance moyenne de température par tranche de 1000 ft d'environ 2°C.
La dépression autour de laquelle s'enroule les fronts chauds et froids, tournent dans le sens inverse des aiguilles d'une montre dans  l'hémisphère Nord. Comme son nom l'indique, c'est une zone de basse pression.

Les orages et le Cumulonimbus :


- de la foudre : associée aux CB et aux orages, on en connaît 3 types : foudroiement intra-nuage, foudroiement inter-nuages et foudroiement nuage-sol (le plus sévère).
Aussi, on peut dire qu'en prenant de l'altitude, la diminution de la pression atmosphérique est plus importante dans les basses couches qu'en altitude.
Cette atmosphère 'type' monte jusqu'à 11000 m (c'est la fin de la troposphère marquée par la tropopause).
Brise de terre mer

Le cumulonimbus (Cb) est un nuage qui engendre des courants verticaux ascendants et descendants.
La température en atmosphère standard au niveau de la mer est de 15°C.
L'effet de foehn : Il se créé un effet de foehn lors de l'assèchement d'une masse d'air humide et de son réchauffement lors du passage d'un relief. Il se forme alors un trou de ciel bleu dans la couverture nuageuse créé par ce phénomène.
Le vent soulevé par la pente de la montagne, monte et descend une fois passé la montagne, à la manière d'une onde radio. Il se produit un écoulement ondulatoire, avec création de nuages lenticulaires.

L'atmosphère :


- de la grêle : phénomène moins fréquent mais très dangereux.
- Les vents locaux
La pression atmosphérique diminue donc avec l'altitude, on retient généralement une baisse de pression d'un hectopascal à mesure que l'on monte de 28 ft (pieds) dans les basses couches de l'atmosphère (28 ft c'est environ 10m).
Une fois passé la crête, il va redescendre et engendrer des rabattants du côté de sous le vent, à proximité du sol, ces rabattants seront accompagnés de 'rotors' :
Le brouillard et évolution de celui-ci : On parle de brouillard quand la visibilité est inférieure à 1 km. Quand la température extérieure et la température du point de rosée sont très proches l'une de l'autre, le brouillard se forme.
Disposition des nuages dans l'atmosphère :
Structure atmosphere

Marais barométrique

Les reliefs Européens différent du Nord au Sud et de l'Ouest à l'Est, quasiment toutes les régions disposent de vents locaux ou régionaux dont la connaissance doit être acquise par le télépilote lors de l'étude de sécurité d'une mission.
A partir de 5000 ft, il faut monter de 50 ft pour perdre 1 hPa.
La brume : On dit qu'il y a de la brume quand la visibilité est comprise entre 1 km et 5 km.
Cumulonimbus

La température du point de rosée est la température à partir de laquelle de la vapeur d'eau pourrait se condenser en rosée ou en brouillard. Le vent qui se lève ou le réchauffement de l'atmosphère permettront de faire disparaitre le brouillard, ou de le transformer en stratus.

Les nuages


- du cisaillement : on parle de cisaillement lors d'une brusque variation spatiale très marquée de direction ou de vitesse du vent, sur une échelle réduite, générant de la turbulence forte et très locale. Les conséquences sont une modification brutale de la trajectoire de l'aéronef.
Entre les anticyclones et les dépressions, on trouve des vastes étendues où la pression atmosphérique varie très peu, appelées 'marais barométriques'.
La pression en atmosphère standard au niveau de la mer est précisément de 1013,25 hPa.
L'atmosphère se compose d'environ 78% d'azote, 21% d'oxygène et 1% d'argon et des miettes d'autre gaz.... mais en altitude, on relève une grande concentration d'ozone.
- du givrage : les nuages convectifs ont un fort potentiel givrant.

Les fronts :


Vents et phénomènes locaux :


La vitesse moyenne de déplacement d'une perturbation est de 25 kt.
Retenez que L'OACI (l'Organisation de l'Aviation Civile International) donne pour l'atmosphère standard une diminution de température de 2°C par 1000 pieds (ft), ce qui correspond à 6,5°C par 1000 m.

Brise de vallée montante et descendante :


- une réduction de visibilité : averses de forte (voire très forte) intensité de pluie, de grêle, de grésil, sont des éléments réduisant considérablement la visibilité. Il ne s'agit pas de brouillard.
Les fronts découlent des perturbations océaniques dans nos latitudes tempérées (Europe), ces perturbations arrivent depuis l'Atlantique, elle traverse la France en 3 à 6 jours. Le ciel sera couvert, gris et pluvieux.
Rabattant onde de relief rotors